DIVISION DES FLOTTILLES DE L’ADRIATIQUE
 
1 citation à l’Ordre de l’Armée
 
La division des flottilles de l’Adriatique, constituée au moment de l’entrée en guerre de l’Italie (mai 1915), avait pour centre Brindisi. Elle comprenait des torpilleurs d’escadre et des sous-marins avec le vieux cuirassé MARCEAU comme bâtiment central.
Les Capitaines de vaisseau LEJAY, de CACQUERAY, FROCHOT et d’ADHEMAR de CRANSAC l’ont commandée successivement.
 
Texte de la citation à l’Ordre de l’Armée (citation collective)
(Journal officiel du 4 janvier 1919)
 
            « La division des flottilles de l’Adriatique : pendant plus de trois ans, dans le voisinage de l’ennemi, toujours en alerte, toujours prête, a conservé jusqu’au dernier jour son ardeur et son esprit d’offensive malgré des pertes s’élevant au quart de son effectif de torpilleurs et à la moitié de son effectif de sous-marins. S’est particulièrement distinguée dans les opérations qui ont abouti au sauvetage de l’armée serbe en 1916 ».
 
Pendant plus de trois années, agissant en liaison avec les navires alliés, les unités de la division française de Brindisi ont effectué de nombreuses croisières dans l’Adriatique et des raids fréquents sur les côtes dalmates et albanaises, bloqué Cattaro, poursuivi les sous-marins, les navires de guerre et de commerce ennemis. La division a participé au sauvetage de l’armée serbe en 1916.
 
Au cours de ces opérations, la division a perdu les torpilleurs d’escadre et sous-marins suivants :
 
Sous-marins :
 
-         FRESNEL, s’étant échoué le 5 décembre 1915 sur un banc de sable à l’embouchure de la rivière Bojana, fut découvert avant d’avoir pu se remettre à flot et détruit au canon par un torpilleur autrichien.
 
-         MONGE, abordé et coulé dans la nuit du 28 au 29 décembre 1915 par le croiseur autrichien Helgoland.
 
-         FOUCAULT, coulé devant Cattaro le 15 septembre 1916 par des avions autrichiens.
 
-         BERNOUILLI, disparu le 13 février 1918 au cours d’une croisière devant Cattaro.
 
-         CIRCE, torpillé et coulé par un sous-marin ennemi le 20 septembre 1918 dans le golfe du Drin.
 
 
 
Torpilleurs d’Escadre :
 
-         RENAUDIN, coulé par un sous-marin ennemi le 18 mars 1916 au large de Durazzo.
 
-         FOURCHE, coulé le 23 juin 1916 par un sous-marin ennemi à l’ouest d’Otrante.
 
-         BOUTEFEU, coulé sur une mine devant Brindisi le 15 mai 1917.
 
-         FAULX, coulé dans un abordage avec le Mangini, le 10 avril 1918, au cours d’une opération de guerre.
 
 
Liste des bâtiments ayant appartenu à la division et bénéficiant de la citation à l’ordre de l’armée :
 
Cuirassé
MARCEAU
Sous-marin
CUGNOT
Torpilleur
CARABINIER
 
MESSIDOR
 
SPAHI
 
MONGE
 
MAMELUCK
 
AMPERE
 
ENSEIGNE HENRY
 
FRESNEL
 
ASPIRANT HERBER
 
PAPIN
 
LANSQUENET
 
GAY-LUSSAC
 
BOUCLIER
 
ARCHIMEDE
 
COMMANDANT RIVIERE
 
FOUCAULT
 
COMMANDANT BORY
 
FRANKLIN
 
MAGON
 
FARADAY
 
BISSON
 
LE VERRIER
 
PROTET
 
ATALANTE
 
CASQUE
 
ARTEMIS
 
FOURCHE
 
ARIANE
 
COMMANDANT LUCAS
 
GORGONE
 
FAULX
 
COULOMB
 
MANGINI
 
BERNOUILLI
 
RENAUDIN
 
ARAGO
 
DEHORTER
 
ARETHUSE
 
BOUTEFEU
 
CIRCE
 
CIMETERRE
 
AMAZONE
 
BOREE
 
ANTIGONE
 
AVERNE
 
ARMIDE
 
281
 
AMARANTE
 
288
 
ASTREE
 
349
 
VOLTA
 
360
 
 
 
368
 
 
 
369
 
 
 
 
Citations individuelles à l’Ordre de l’Armée de certains bâtiments de la Division
 
 
Torpilleur d’escadre COMMANDANT BORY
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « A participé brillamment à toutes les opérations effectuées en Adriatique depuis le début de la guerre (Journal officiel du 7 novembre 1916) ».
 
 
Torpilleur d’escadre CASQUE
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Pour son ardeur à attaquer et son acharnement à poursuivre l’ennemi dans la nuit du 22 au 23 décembre 1916. Décidé à se sacrifier pour fixer l’adversaire, s’est jeté sans hésitation, seul, malgré un feu violent, sur trois torpilleurs d’escadre ennemis ». (Journal officiel du 24 janvier 1917).
 
 
Torpilleur d’escadre COMMANDANT RIVIERE
Citation à l’ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Présent dans l’Adriatique depuis août 1915, s’est distingué une fois de plus dans la nuit du 22 au 23 décembre 1916, en courant vers la canonnade pour secourir son chef de groupe. Soumis à un feu violent, son équipage a fait preuve, dans ces circonstances, d’un beau calme et d’un grand sang-froid ». (Journal officiel du 24 janvier 1917).
 
 
Torpilleur d’escadre BISSON
Citation à l’ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « A détruit le sous-marin autrichien U-3 en Adriatique, le 13 août 1915 ». (Journal officiel du 18 février 1919).
 
 
Torpilleur d’escadre BOUCLIER
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « S’est toujours distingué par sa manœuvre hardie et sa brillante tenue au feu, d’abord sous les ordres du Lieutenant de vaisseau BIJOT, tué à son banc de quart, le 20 mai 1917, puis sous les ordres du Lieutenant de vaisseau RICHARD, en particulier le 8 décembre 1917 où, ayant subi des pertes et des avaries au cours de l’attaque d’un sous-marin, de nuit, a continué la lutte contre l’ennemi, donnant ainsi un bel exemple d’énergie offensive ». (Journal officiel du 5 février 1918).
 
Torpilleur d’escadre LANSQUENET
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Escorte d’un bâtiment au moment où il a été torpillé par un sous-marin, le LANSQUENET, tout en assurant le sauvetage des passagers et de l’équipage, a attaqué le sous-marin et l’a obligé à émerger. Ce sous-marin a sombré sous le feu du torpilleur ». (Journal officiel du 2 février 1918).
 
 
Torpilleur d’escadre MAMELUCK
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Escorte d’un bâtiment au moment où il a été torpillé par un sous-marin, le MAMELUCK, tout en assurant le sauvetage des passagers et de l’équipage, a attaqué le sous-marin et l’a obligé à émerger. Ce sous-marin a sombré sous le feu du torpilleur ». (Journal officiel du 2 février 1918).
 
 
Torpilleur d’escadre RENAUDIN
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Le torpilleur d’escadre RENAUDIN : a pris une part des plus actives à toutes les opérations de guerre dans l’Adriatique où il n’a cessé de se faire remarquer par son allant et sa parfaite préparation pour le combat. Torpillé par un sous-marin, a coulé en entraînant le Commandant et une partie de l’équipage ; tous à bord ont fait leur devoir jusqu’au bout et ont donné le plus bel exemple de courage et de sang-froid ». (Journal officiel du 26 avril 1916).
 
 
Torpilleur d’escadre FOURCHE
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Torpillé par un sous-marin ennemi en se portant au secours de naufragés. S’est englouti glorieusement avec une partie de son équipage ». (Journal officiel du 9 septembre 1916).
 
 
Torpilleur d’escadre BOUTEFEU
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Le torpilleur d’escadre BOUTEFEU, sombré sur une mine pour le service de la France ».
 
 
Sous-marin CIRCE
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
(Journal officiel du 19 février 1919)
 
            « Le sous-marin CIRCE : avoir habilement manœuvré contre un sous-marin ennemi et l’avoir torpillé avec succès sous la menace d’un torpilleur et d’un avion dont il a subi l’attaque à la grenade ». (Journal officiel du 30 mai 1917).
 
            « Le sous-marin CIRCE : après avoir accompli avec succès un grand nombre de missions périlleuses, a été coulé par un sous-marin ennemi près des côtes autrichiennes. Déjà cité deux fois à l’Ordre du jour de l’Armée ». (Journal officiel du 5 décembre 1919).
 
 
Sous-marin MONGE
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
 
            « Le sous-marin MONGE : gravement avarié au cours d’une attaque de nuit a succombé héroïquement et a été englouti avec son commandant ». (Journal officiel du 13 mars 1918).
 
 
Sous-marin BERNOUILLI
Citation à l’Ordre de l’armée et fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre
 
            « Sous-marin BERNOUILLI : attaqué par une unité de guerre ennemie importante, l’a détruite dans des circonstances particulièrement difficiles, grâce au sang-froid et à la bravoure de tous ». (Journal officiel du 19 mai 1916).
 
            « Le sous-marin BERNOUILLI : disparu glorieusement au cours d’une opération de guerre délicate devant les côtes ennemies ». (Journal officiel du 15 octobre 1919).
 
 
Sous-marin FOUCAULT
Citation à l’Ordre de l’armée
 
            « Le sous-marin FOUCAULT : coulé par avion devant Cattaro le 17 septembre 1916. Tous à bord ont donné le plus bel exemple de sang-froid, de courage et de discipline ». (Journal officiel du 5 décembre 1919).
 
Le livre complet relié ou téléchargé : http://www.lulu.com "14/18 citations marine"



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement